Le Petit Chaperon Rouge

Le conte classique du Petit Chaperon Rouge raconté par la maman de Thérébentine.

Si tu veux écouter mon journal

Si tu veux lire mon journal

Once upon a time… Il était une fois, une petite fille qu’on appelait le Petit Chaperon rouge. On la surnommait ainsi, parce qu’elle se recouvrait la tête et les épaules d’une cape rouge que sa grand-mère lui avait confectionnée. Les femmes en portaient autrefois. 
Sa mamie, « mère-grand », disait-on à l’époque, était malade. Alors, la maman du Petit Chaperon rouge prépara des galettes, dont elle garnit un panier ; elle y ajouta un petit pot de beurre et demanda à sa fille de rendre visite à mère-grand pour le lui porter. 
Sur ces entrefaites, le Petit Chaperon rouge se mit en route, choisissant de traverser la forêt de l’autre côté de laquelle vivait sa grand-mère. En chemin, elle rencontra compère le Loup, qui lui posa moult questions.

Le grand méchant Loup.

Inconsciente des intentions malveillantes du loup, la petite fille lui raconta ce qu’elle faisait et lui expliqua même comment rejoindre la demeure de sa mamie.
Le Loup proposa un jeu : passer par deux itinéraires différents pour voir qui arriverait le premier à la maison de la vieille dame souffrante. L’animal emprunta le chemin le plus court et, pour s’assurer d’arriver en premier à destination, il courut le plus vite qu’il put.  
Insouciante et guillerette, la fillette se perdit en détours, ramassant des fleurs des champs sur son passage.   
Le Loup frappa à la porte de la grand-mère ; il prit ensuite une voix aiguë pour imiter le timbre de la petite fille et pouvoir pénétrer dans l’habitation. La grand-mère, alitée, lui cria depuis sa chambre : « tire la chevillette, la bobinette cherra ».

La grand-mère du Petit Chaperon rouge.

En découvrant la bête à l’intérieur de son domicile, la vieille dame poussa un cri de terreur et sauta hors de son lit, prête à se défendre. Mais le loup fit preuve d’une rapidité hors du commun et l’avala toute crue. Il se glissa ensuite dans son lit, attendant la venue du Petit Chaperon rouge.
La petite fille arriva à son tour et frappa à la porte. Cette fois, le Loup s’efforça de se faire passer pour la grand-maman.
« Tire la chevillette et la bobinette cherra », reprit-il. « Et viens vite me retrouver dans ma chambre.»
Dans l’obscurité de la chambre, dont les rideaux étaient tirés, la fillette fut surprise de l’apparence de sa mamie. Elle ne la reconnaissait pas très bien.

Le Petit Chaperon rouge.

Dubitative, elle fit remarquer :
« Mère-grand, que vous avez de grands bras !
- C’est pour mieux t’embrasser, ma petite, répondit le Loup, toujours en altérant sa voix.
- Mère-grand, que vous avez de grandes oreilles !
- C’est pour mieux écouter, mon enfant.
- Mère-grand, que vous avez de grandes dents.
- C’est pour mieux te dévorer ! »
Le Loup avait prononcé cette dernière phrase avec sa vraie voix, sur un ton empreint de méchanceté.
Devant le danger imminent, le Petit Chaperon rouge couru vers la porte afin de s’échapper. Mais une fois n’est pas coutume, le Loup fut plus rapide et croqua le Petit Chaperon rouge en un morceau. Le ventre du Loup était assez grand pour deux personnes et le Petit Chaperon rouge retrouva sa mamie, bienheureuse de ne plus être seule dans l’estomac du canidé.
Sa grand-mère la questionna sur sa présence :
« Mon enfant, pourquoi es-tu ici ?
- Je suis venue t’apporter ces galettes et ce petit pot de beurre », dit-elle en lui tendant le panier qu’elle tenait encore à la main.
Sa mamie, l’interrogea ensuite sur la présence du Loup. Elle ne comprenait pas pourquoi ce dernier était venu frapper à la porte de sa demeure.
Fautive, le Petit Chaperon rouge lui répondit qu’elle l’avait rencontré dans la forêt et qu’elle lui avait indiqué le chemin jusqu’à chez elle. La grand-mère du Petit Chaperon rouge la sermonna alors :
« Le loup a feint d’être gentil précisément pour te tendre un piège. Tu aurais dû te méfier de ce personnage que tu ne connaissais pas,  
- Oh oui ! Dès que nous sortirons de ce ventre, je ferai très attention ! »
C’est ainsi que se termine le conte du Petit Chaperon rouge.
Et toi, tu aurais fait quoi à la place du Petit Chaperon rouge ? Tu penses que sa mamie a raison ?